la Chaîne Du Patrimoine
Accueil du site > LA CHAINE DU PATRIMOINE > Le projet > 1. Présentation du projet

1. Présentation du projet

samedi 8 novembre 2014

Des centaines de milliers d’œuvres et de programmes en tous genres et de toute nature, constituant la culture audiovisuelle de la France, se trouvent dans les archives de nombreuses structures publiques et privées. Ces émissions et ces films n’ont presque jamais accès à l’antenne des chaînes nationales, et à fortiori aux heures de grande écoute.

C’est pourquoi, les Réalisateurs et le SRCTA-UNSA ont lancé le projet de la création sur la TNT d’une chaîne nationale généraliste du Service public dédiée à tous les Patrimoines, accessible au plus grand nombre.

Ces divers fonds sont actuellement utilisés très partiellement, soit pour des commémorations, soit comme archives d’illustrations pour des programmes plus ou moins liés à l’actualité. 

Il est plus que temps de faire revivre ces programmes non seulement pour le plaisir des anciens téléspectateurs, mais surtout pour l’enrichissement culturel des jeunes générations. Car bien souvent, ils ont une résonance, une correspondance avec notre époque.
 
Ces émissions n’ont jamais donné lieu à rediffusion et sont aujourd’hui pratiquement inédites selon les cas pour 70 à 90% des téléspectateurs, toutes générations confondues. Sans oublier, outre l’INA, les archives audiovisuelles de très nombreuses autres structures complètement inédites.
 
Cette chaîne sera également, grâce à son journal, la caisse de résonance des manifestations et événements patrimoniaux français, francophones et européens qui n’ont souvent aucun accès à l’antenne nationale.
 
La T.N.T. est tout à fait adaptée pour accueillir une telle chaîne de Service public, une société spécifique et autonome, instaurée par voie parlementaire.
Cette société pourra œuvrer avec des partenaires tels France Télévisions, l’INA, le CNDP et autres Structures d’archives, l’Institut National du Patrimoine, l’Organisation Internationale de la Francophonie, et avec des partenariats européens, etc… Elle sera incitative à la création de télévisions similaires en Europe et dans le monde avec lesquelles elle collaborera.
 
En effet, par nature, elle ne pourra être ni privée, ni financée par la publicité. Car cela nécessiterait un reformatage de toutes les archives en tranches rigoureuses de 13’, 26’, 52’ ou 90’ imposées par les standards de publicité ; alors que ces programmes sont tous de durée très variable. Cela reviendrait à les dénaturer, et serait de plus, juridiquement impossible sans l’accord des ayants droit.
 
Son financement sera donc essentiellement public et de préférence issu de la redevance. Un complément pourrait venir de la publicité institutionnelle et d’une certaine forme de parrainage et de mécénat.
 
Le modeste budget nécessaire pour « la chaîne du Patrimoine » est de l’ordre de 45 millions d’euros, ce qui représente 1,50 euro de redevance soit (1,29%).En contrepartie les téléspectateurs recevront chaque année 8760 heures de programmes supplémentaires avec une part de production, notamment pour la mise en valeur de toutes les sortes de structures d’archives patrimoniales dont la chaîne assurera la promotion événementielle.
 

Ce projet a reçu à ce jour, le soutien de 1018 personnalités de tous les secteurs : culture, audiovisuel, sciences, enseignement, télévision, patrimoines, politique, parlementaires, auteurs, réalisateurs, artistes, compositeurs, journalistes...

Et selon un sondage IFOP, la quasi-totalité de nos concitoyens (93%) souhaite la création de cette chaîne, notamment les jeunes de 18 à 25 ans (95%) et la majorité est d’accord pour la financer (58%) avec une modeste augmentation de la contribution audiovisuelle annuelle de 1€,50.

 

 

Pour le promouvoir, nous organisons des journées de PROJECTION-DEBAT présentant 5 heures d’extraits d’émissions et films dans tous les genres audiovisuels, et représentatifs de la future chaîne. Un beau spectacle.

 

Depuis 2006, ces journées ont eu lieu à France Télévisions, la SACD, la SCAM, la SACEM, la Cité de l’Architecture de Chaillot, l’Auditorium de la Mairie de Paris, le théâtre Mouffetard.

 

 

 

 

P.-S.

« Apollon et les neuf Muses » de Baldassare PERUZZI -1481 -
Le passé est le socle du présent et le tremplin de l’avenir

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0